- 0126BE9D32D978046D0488244F622925 " />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Erich ALAUZEN

La pêche à la charfiya au patrimoine de l'Unesco, une victoire pour la Tunisie !

Autre bonne nouvelle pour la Tunisie et son patrimoine : la 15ème session du Comité intergouvernementale de sauvegarde du patrimoine immatériel relevant de l’UNESCO a décidé d’inscrire, sur la liste représentative du patrimoine culturel de l’humanité, la pêche à la charfiya aux îles Kerkennah (Sfax).

La pêche à la charfiya aux îles Kerkennah est une technique de pêche traditionnelle qui sous-entend une parfaite connaissance de la topographie sous-marine. Elle exploite passivement les conditions hydrographiques, le relief marin et les ressources naturelles sur mer comme sur terre. Notons que la charfiya est une pêcherie fine qui circonscrit, grâce à des murs de palme fichées dans le fond marin, un champ triangulaire : les poissons, entrainés par la marée descendante, s’engouffrent dans des chambres de capture, puis dans des filets ou des nasses.  Prisonniers, Ils ne peuvent plus en ressortir, ils restent vivants et à jeun dans les nasses jusqu’au moment de la levée.

Selon la coutume, la charfiya est une pêche saisonnière qui est pratiquée entre l’équinoxe d’automne et le mois de juin pour permettre à la faune marine de se régénérer.

Hormis cet aspect de pêcherie, la pêche à la charfiya s’associe à des coutumes, telles que le partage d’un repas ou des prières. Unifiant les différents membres de la communauté aux îles Kerkennah, la charfiya est la principale technique de pêche qui y est pratiquée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article