- 0126BE9D32D978046D0488244F622925 " />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Erich ALAUZEN

La datte tunisienne, la Deglet Nour, une histoire qui remonte aux Phéniciens !

Le réputé cultivar de la Deglet Nour est natif de deux régions (qui avant n’en faisaient qu’une…) : la région de Biskra en Algérie (nord-ouest algérien) et la région de Tozeur en Tunisie (sud-ouest tunisien). Pour être honnête, d’autres régions la cultivent également : le bassin méditerranéen et même la Californie !

Il n’y a vraiment pas lieu de définir si la Deglet Nour est tunisienne ou algérienne… Elle appartient de toute manière à la même région, celle des Berbères : la terre est aussi riche, les conditions climatiques sont identiques et elles ont le même goût !

La culture du dattier s’appelle la phoeniciculture… Pourquoi ce nom ? Le phoinix est le nom grec du dattier chez les Grecs antiques qui le considéraient comme l’arbre des Phéniciens. Le mot datte, quant à lui, est apparu dans la langue française au XIIIème siècle : le mot est issu du latin dactylus, emprunté au grec dactylos (doigt). En effet, une datte rappelle la forme d’un doigt. En arabe, le mot Deglet Nour signifie datte de lumière ou datte lumineuse. Rappelons-nous que pour savoir si une datte est prête pour la consommation, il faut l’exposer à la lumière : si on aperçoit son noyau au travers de sa chaire, on peut la déguster !

Les Phéniciens ont donc pratiqué la culture du dattier et auraient transmis cette science à l’ensemble du bassin méditerranéen.

L’oasis de Tozeur dépasse les 1000 hectares et compte près de 400 000 palmiers-dattiers. La Deglet Nour y est cultivée et destinée principalement à l’exportation… Mais d’autres types de dattes sont cultivées : l’Alig, la Khouat Alig et la Kenta. Depuis des générations, l’oasis nourrit les humains qui y vivent.

Un détail important : le dattier n’est pas un arbre, mais un stipe : la pollinisation consiste à extraire le pollen des palmiers mâles pour le poser sur les régimes des palmiers femelles. Elle se fait par introduction à l’envers des épillets mâles dans l’inflorescence femelle après éclatement des spathes. Un mâle peut fertiliser quelque 200 femelles, et même plus, d’où la prédominance des palmiers femelles dans les oasis.

« Au printemps, les premières dattes apparaissent en grappes à la base des feuilles de palmiers-dattiers. Elles sont noires ou vertes. L’été, les fruits atteignent leur taille définitive, se colorent de jaune et prennent leur saveur sucrée. Des sacs sont attachés autour des grappes pour les protéger de la pluie et des insectes et pour éviter que les fruits ne tombent au sol. Lors de la récolte, l’effervescence bat son plein dans la palmeraie. Les cueilleurs grimpent à pieds nus dans les palmiers, libèrent les régimes de dattes de leur sac de plastique, sélectionnent les hampes sur lesquelles pendent les régimes qui seront libérés de leur longue tige et suspendus à une poutre. Commence alors un premier tri. On enlève une à une les dattes de moindre qualité pour ne garder que les meilleures. Plus le tri est sélectif à la base, plus le travail de sélection et de conditionnement à l’usine sera facile. Un dattier contient en moyenne 14 à 15 régimes de dattes. » - Source Le Devoir

Le palmier-dattier est très rentable, car il sert à une infinité d’usages : à la production de dattes, certes, mais aussi au jus de palmier, dans la construction des toits de maison, dans la fabrication de beaucoup d’objets tels que les éventails, les chapeaux, les paniers, les brise-vents ou les balais. Et bien sûr, le stipe est utilisé dans la confection des portes décoratives propres à l’architecture traditionnelle.

En chiffres, à la fin 2019, les exportations de dattes avaient atteint 120 000 tonnes pour des recettes de l’équivalent de 305 M€. Pour 2020, le chiffre sera légèrement en hausse.

#dattetunisienne #dattes #degletnour #sudtunisien #Tozeur #oasistunisien #dattier #culturedattetunisie

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article