- 0126BE9D32D978046D0488244F622925 " />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Erich ALAUZEN

Dar Dhiafa, nichée au cœur du village d’Erriadh à Djerba en Tunisie, fait le bonheur de ses hôtes
Notre rubrique, Nos Visites du Mercredi, nous amène, cette semaine, au cœur de Djerba dans le village d’Erriadh, jadis appelé Hara Sghrira… Très connu pour sa synagogue millénaire, la Ghriba, et pour la manifestation d’art urbain Djerbahood entrepris en 2014, il cache en son cœur un hôtel de charme très connu, Dar Dhiafa…
Comme souvent, Dar Dhiafa est avant tout l’histoire d’un couple, voire d’une famille… C’est l’histoire de Slah, originaire de Kairouan, et de Chiara Allani, originaire de la Vénétie en Italie…
Slah appartient au monde de l’entrepreneuriat : sportif et tennisman, grand voyageur, il a le goût de l’aventure et se lance avec succès dans une traversée de l’Atlantique qui l’amène de Las Palmas à Saint Barthélémy ! Chiara, elle, est née dans le chaudron touristique d’une station thermale de la Vénétie à Abano Terme. Dans l’hôtel de son oncle, elle apprend le monde de l’hôtellerie et comprend la relation étroite que doit exister avec les voyageurs.
Dans les années 1990, Slah se sédentarise et dirige avec brio une entreprise textile. Installés à Tunis, Slah et Chiara décident d’acheter un houch (maison à patio) dans le petit village d’Erriadh au cœur de Djerba… Une maison pour leur propre usage dans un cadre authentique figé par le temps… Les maisons abandonnées et en ruines sont nombreuses, par suite de la désertion du village dans les années 70, mais pas forcément faciles à acheter du fait de la complication des problèmes d’héritage chez les vendeurs.
Pourtant, ils ont la chance de pouvoir acheter un houch et les travaux commencent rapidement pour en faire une demeure de vacances habitable et confortable : les pièces de jour et de nuit sont disposées autour d’un patio, les murs en pierres sont restaurés, les portes anciennes sont réparées, la structure de la maison est respectée, tout est fait dans le respect de l’architecture locale vernaculaire…
Plus tard, une idée se profile : mais pourquoi ne pas faire un hôtel de charme en achetant plusieurs maisons ? Chose pensée, chose faite… Slah et Chiara achètent cinq houchs mitoyens (ayant été abandonnés) et les travaux de restauration commencent, toujours dans le respect de l’architecture djerbienne. Les portes s’ouvrent d’une maison à une autre, sur le toit, blanchi par la chaux, les coupoles et les voutes s’entremêlent.
En Mai 2000, Dar Dhiafa ouvre ses portes et devient un des tout premiers hôtels de charme en Tunisie. En 2012, un an après la révolution, Chiara décide de prendre elle-même les rênes de Dar Dhiafa, et reçoit un prix au Tunisia Hospitality Award de l’Excellence en 2019.
Dar Dhiafa, ancrée dans le passé historique d’Erriadh, attache également beaucoup d’importance au patrimoine culinaire local : à sa table parfumée d’aneth, les gargoulettes, les couscous au poisson, le riz djerbien et d’autres spécialités font le bonheur des papilles de leurs hôtes.
Côté environnemental, même si on ne les voit pas, des chauffe-eaux solaires ont été installés et Chiara se bat pour faire un tri des déchets.
« Plus de vingt ans ont passé depuis notre ouverture et nous gardons espoir pour l’avenir du tourisme tunisien. Depuis vingt ans nous pouvons voir la métamorphose profonde du village. La restauration de plusieurs houchs par des particuliers passionnés de l’île, l’apparition de maisons d’hôte et de concept-stores, la réalisation de Djerbahood, montrent la possibilité d’un tourisme alternatif. Partager avec nos hôtes cette sensibilité du plaisir de se retrouver et de partager des moments déconnectés reste pour moi un bonheur intense. » conclut Chiara.
Dar Dhiafa est maintenant fermé et rouvrira ses portes courant avril. Nous vous informerons sur notre page Facebook de la date exacte de sa réouverture afin que vous puissiez faire vos réservations via notre site : www.edhiafa.com
Crédit photos : Giaime Meloni (http://www.giaimemeloni.com/)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article