- 0126BE9D32D978046D0488244F622925 " />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Erich ALAUZEN

Bulla Regia, un site archéologique au nord de la Tunisie, à l'histoire plurielle

Bulla Regia est un site archéologique qui se trouve dans le Nord-Ouest de la Tunisie, près de la ville de Jendouba, en lisière de la grande plaine traversée par la Mejerda. Comme beaucoup de cités, Bulla Regia était située sur une route importante, celle qui reliait Carthage à la ville de Hippone, actuelle Annaba.

Le site d’une cinquantaine d’hectares offre une profusion de vestiges : temples, forum, bains publics, théâtre, nécropoles ainsi que des villas à deux niveaux qui ont gardé de très beaux lambeaux de pavements en mosaïque. Les sous-sols des villas - qui permettaient de lutter contre la chaleur torride estivale - sont caractéristiques de Bulla Regia du fait qu’aucune architecture domestique de ce genre ne se trouve ailleurs.

Bulla Regia dépendait de la Carthage punique dès le IVème siècle avant notre ère. Avant la conquête romaine (IIème et Ier siècle avant notre ère), Bulla Regia était une résidence royale de la dynastie numide. D’ailleurs, le roi numide Hiarras s’y réfugia pour tenter d’échapper aux soldats du Général Pompée. Sous l’Empereur Auguste, la ville se romanise et vu son développement important (la ville se couvre de monuments et de nombreuses habitations et est habitée par de grandes familles romaines), la ville passe de statut de oppidum liberum à celui de municipe, sous Vespasien et enfin de colonie.

Bulla Regia va prospérer jusqu’au IVème siècle dans le cadre de province romaine de l’Afrique proconsulaire. Après l'époque vandale (Ve siècle) qui ne laisse pas de traces spéciales, les Byzantins occupent la ville au VIème siècle et construisent deux basiliques chrétiennes. Au VIIème siècle, la vie de la cité commencera à s’éteindre avec la conquête musulmane. Le site est redécouvert au XIXe siècle, et des recherches archéologiques sporadiques au début du XXe siècle, puis à partir de 1957 sous la direction de l'Institut National Tunisien d'Archéologie et d'Arts, réveillent la cité de Bulla Regia. A noter que seul un quart de la cité de Bulla Regia a été dégagé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article