- 0126BE9D32D978046D0488244F622925 " />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Erich ALAUZEN

Dernières informations sur la tentative d'assassinat du prêtre orthodoxe de 52 ans à Lyon

Revenons sur les faits… Un prêtre orthodoxe du nom de Nicolas Kakavekakis, âgé de 52 ans, a été attaqué par un homme dans l’après-midi du samedi 31 octobre, alors qu’il fermait son église. Ce fait s’est passé à Lyon dans le quartier Jean-Macé dans le 7ème arrondissement. Il fut visé par deux coups de feu, opérés par un fusil à canon scié, à coup touchant dans le foie.

Le prêtre, gravement atteint, a été hospitalisé. L’arme n’a toujours pas été retrouvée.

Un suspect a été arrêté, pas loin de l’église, par les forces de l’ordre. Il correspondait au signalement décrit par les témoins : homme grand de 1m90 environ, type méditerranéen, portant une longue gabardine noire (qui avait dû servir à cacher le fusil) et un bonnet noir.

Le parquet antiterroriste n’a pour l’instant pas été saisi. Une enquête pour la tentative d’assassinat a été ouverte par le Parquet de Lyon et la Direction Interrégionale de la Police Judiciaire. Nicolas Jacquet, Procureur de Lyon, a indiqué « qu’aucune piste n’est écartée, ni privilégiée ».

Le prêtre orthodoxe était apprécié dans son quartier : "Il courait toute la journée pour trouver du travail aux Grecs qui arrivaient", explique à France Info un homme qui fréquente l'église orthodoxe. "C'est quelqu'un d'enjoué, toujours volontaire et dynamique, indique une femme émue. Je suis passée par franchement des moments difficiles, il me disait : 'T'inquiète pas, tu t'en sortiras.' Et là, maintenant, on peut prier pour lui."

Un conflit avec un ancien fidèle est évoqué

Les motivations de l’agression du prêtre sont pour le moment inconnues. Une hypothèse, pourtant, fait corps, par rapport à un vieux conflit qui existerait entre Nicolas Kakavekakis et un ancien fidèle. Ce différend remonterait à 2007. " Ce prêtre est arrivé vers 2007 et depuis cette époque, il y a toujours eu un conflit dans cette église", mais "on n'a jamais pensé que ça puisse arriver à ce niveau" expliquait à France Info, Antoine Callot, de l’église orthodoxe francophone à Lyon.

Antoine Callot rajoute : "Il y a eu des interventions de la police qui avait été appelée par le père Nicolas, au moins une fois, sinon plusieurs dans l'église. Il y avait des bagarres dans l'église

Affaire à suivre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article