- 0126BE9D32D978046D0488244F622925 " />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Erich ALAUZEN

Dernière minute : Mohamed Ben Salmane, prince héritier d’Arabie Saoudite, maintenant officiellement poursuivi par la justice américaine pour le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi

Dans une plainte déposée, ce mardi, au tribunal de district de Washington DC, Hatice Cengiz, fiancée du journaliste et Democracy for the Arab World Now (DAWN) ont émis l’allégation que Jamal Khashoggi avait été torturé, assassiné et démembré selon les ordres du prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohamed Ben Salmane.

Selon DAWN et Hatice Cengiz, le prince héritier et vingt-quatre autre accusés «considéraient les actions de Khashoggi aux États-Unis comme une menace existentielle pour leurs intérêts pécuniaires et autres et, par conséquent, ont conspiré pour commettre les actes odieux qui font l'objet de cette poursuite».

Keith M. Harper et Faisal Gill, avocats représentant Hatice Cengiz et DAWN, ont déclaré ce jour (mardi 20 octobre 2020) lors d’une vidéoconférence avec la presse américaine que cette plainte devait provoquer la tenue d’un tribunal des Etats-Unis pour tenir Mohamed Ben Salmane responsable du meurtre de Jamal Khashoggi.

Rappelons que le meurtre du chroniqueur du Washington Post avait été commis le 2 octobre 2018 dans l’enceinte du Consulat Saoudien à Istanbul, en Turquie. Selon sa fiancée, Jamal Khashoggi avait été victime d’une ruse, mise en œuvre par les Saoudiens, pour obtenir les papiers en vue de son mariage.

Lors de la vidéoconférence de ce mardi 20 octobre, Hatice Cengiz demandait l’aide du gouvernement américain en déclarant notamment que son fiancé avait plaidé pour la démocratie au Moyen Orient et pour les droits de l’homme pour tous. Pour cette raison, Mohamed Ben Salmane l’avait fait assassiner.

Dans le passé, le prince héritier a toujours nié avoir ordonné le meurtre du journaliste, les responsables saoudiens se contentant d’affirmer que la mort était due à un malheureux accident, commis par des agents qui avaient désobéi aux ordres pour persuader Jamal Khashoggi de retourner en Arabie Saoudite. Pourtant, la CIA avait conclu en 2018 que c’était bien Mohamed Ben Salmane qui avait commandité le meurtre.

Les défenseurs de Jamal Khashoggi, dans une plainte d’une soixantaine de pages, racontent comment le journaliste avait été tué par les agents saoudiens, après qu’il soit devenu l’un des dissidents le plus célèbre de la péninsule arabique. A l’occasion, DAWN, groupe de défense des Droits de l’Homme créé par Jamal Khashoggi, avait redoublé d’efforts pour dénoncer les abus des différents gouvernements du Moyen Orient et surtout les pays alliés des Etats-Unis, tels que l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes et l’Egypte.

Qui est le plus grand défenseur de Mohamed Ben Salmane aux Etats-Unis ? Le Président Trump, en personne, qui aurait déclaré : «J'ai réussi à convaincre le Congrès de le laisser tranquille», en parlant du prince héritier, selon le contenu du nouveau livre, Rage, de Bob Woodward.

En 2018, les conditions horribles (tortures, assassinat et démembrement du journaliste) du meurtre, lorsqu’elles avaient été rapportées par les responsables turcs, avait particulièrement ému et suscité une vague de répulsion internationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article