- 0126BE9D32D978046D0488244F622925 " />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Erich ALAUZEN

95% des agences de voyage tunisiennes risquent de faire faillite à fin octobre sans aide du gouvernement

Merci à Tourmag le média français spécialiste du domaine touristique, pour avoir bien voulu mettre en avant les difficultés de la Tunisie en matière de tourisme, ce que connaissent beaucoup d'autres pays, en interviewant le Ministre du tourisme et de l'artisanat tunisien, Monsieur Habib Ammar.

En Tunisie, la situation du secteur touristique devient invivable : hier, à Tunis, mardi 20 octobre, une centaine de propriétaires d'agences de voyage tunisiennes ont crié leur désespoir, réunie devant le Ministère du Tourisme et de l'Artisanat à Tunis, suite à un appel de la Fédération Tunisienne des Agences de Voyages (FTAV).

La baisse d'activité des agences de voyage - elles sont 1300 en Tunisie et emploient un peu moins de 25 000 personnes -, de janvier à septembre 2020, atteint les 80%, soit en chiffres, une perte de 300 millions de dinars tunisiens (presque 100 millions d'euros). Ce chiffre peut encore être dépassé pour les agences qui opèrent exclusivement avec les marchés étrangers.

Les personnels des agences de voyages ont été licenciés (28%), mis au chômage (70%). La FTAV annonce que si rien n'est fait, on assistera fin octobre à la faillite de 95% des agences de voyage.

Ce que demandent les agences de voyage :

  • la mise à disposition d'une ligne de crédit de 500 millions d'euros -elle avait été promise par le gouvernement - pour permettre aux hôtels et aux agences de voyages de pouvoir payer les salaires des employés.
  • le report des échéances de la CNSS (Caisse Nationale de Sécurité Sociale), des déclarations mensuelles des impôts et taxes, ainsi que le paiement de leurs crédits.
  • le report des mensualités de leasing, des facilités pour instaurer un chômage technique et la retraite anticipée.

Jabeur Ben Attouch, trésorier général de la FTAV, déplore que le gouvernement tunisien ne considère pas le secteur touristique comme prioritaire malgré des requêtes sans cesse répétées aux différentes instances gouvernementales, banques, Banque Centrale, Premier MInistère...

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article