- 0126BE9D32D978046D0488244F622925 " />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Erich ALAUZEN

Paris déplore fermement l’appel au boycott de produits français lancés dans certains pays arabes

Supermarchés de Doha au Qatar : les employés des chaînes de distribution Al-Meera et Souq al Baladi retirent rapidement des rayons tous les produits Made in France. De son côté, l’Université de Qatar annonce officiellement le report de la Semaine Culturelle Française suite à l’atteinte délibérée à l’image de l’Islam et de ses symboles.  Pourquoi ? Parce qu’un appel au boycott des produits français a été lancé un peu après la mi-octobre…  

Pourquoi ce boycott ? Les paroles tranchantes du Président de la République Française, Emmanuel Macron, qui déclarait : « Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d'autres reculent… », sous entendant que le droit au blasphème restera autorisé en France sur le principe incontournable de la liberté d’expression et de la laïcité. Le pouvoir exécutif français l’affirme haut et fort : le séparatisme islamiste ne passera pas.

Des manifestations localisées partout dans le monde arabe

En Israël, à Jaffa au sud de Tel-Aviv, devant la résidence de l’Ambassadeur de France, deux cents manifestants viennent crier leur rancœur sur ce qu’ils jugent comme des atteintes à l’Islam.  Des banderoles, écrites en arabe, réclament le respect du Prophète Mahomet.  Des manifestations sont également constatées dans la bande de Gaza où des photos d’Emmanuel Macron sont brûlées.

De son côté, en Turquie, le Président Erdogan soutient, voire encourage cette campagne de dénigrement de la France. Il frise même l’insulte en lançant : « Tout ce qu'on peut dire d'un chef d'Etat qui traite des millions de membres de communautés religieuses différentes de cette manière, c'est : allez d'abord faire des examens de santé mentale ». Une remarque qui provoque immédiatement le rappel de l’Ambassadeur de France en Turquie par le gouvernement français.

Au Koweït, des images montrant des fromages de deux grandes marques françaises qui sont retirés des rayons de grands magasins, font le tour des réseaux sociaux. Khaled Al-Otaibi, vice-président de la Fédération des Coopératives, confirme ce boycott des produits français. Parallèlement, plus de 400 agences de voyages suspendent leurs réservations de vols vers la France, confirme également le Président de la Fédération des Agences de Voyages koweïtiennes, Mohammad Al-Motari.

En Jordanie, le Front d’Action Islamique demande aux citoyens jordaniens de boycotter les produits français.

L’OCI (Organisation de Coopération Islamique), une organisation internationale qui réunit les pays musulmans, déplore « les propos de certains responsable français… susceptibles de nuire aux relations franco-musulmanes ».

Ce boycott risque de mettre à mal les exportations françaises de produits agroalimentaires, notamment avec les Emirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite et le Qatar.

Quelle est la réaction du gouvernement français face à ce boycott ?

Paris, en ce dimanche 25 octobre, a appelé les gouvernements des pays à faire cesser ces appels au boycott de produits français et çà stopper ces manifestations. Paris juge que ces manifestations proviennent de minorités locales et demande également d’assurer la sécurité des Français qui résident dans ces pays.

Le Ministère des Affaires Etrangères français déplore ce boycott de produits français, souvent agroalimentaires, qu’il juge sans aucun objet et condamne les propos parfois haineux, contre la France, relayés sur les réseaux sociaux. Il souligne que le projet de loi ainsi que les déclarations du Président Macron visent uniquement à « lutter contre l’islamisme radical et à le faire avec les Musulmans de France, qui sont partie intégrante de la société et de l’histoire de la République Française. »

Ces appels « dénaturent les positions défendues par la France en faveur de la liberté de conscience, de la liberté d'expression, de la liberté de religion et du refus de tout appel à la haine » commentait le Ministère des Affaires Etrangères.

Source AFP/ Ministère des Affaires Etrangères

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article