- 0126BE9D32D978046D0488244F622925 " />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Erich ALAUZEN

L'olive, fruit multimillénaire, fait sa star en Tunisie et remporte tous les suffrages !

Une histoire digne d’une grande star

L’olive, ne l’oublions pas, est un fruit… Son histoire remonte environ au douzième millénaire avant notre ère, en Asie Mineure… Il faudra attendre 6000 ans pour que l’homme l’apprivoise (sixième millénaire)… Avec un succès rapide, sa culture se propage alors autour de la Syrie, en Grèce, en Anatolie, en Egypte et en Crète.

Vers 1600 ans avant notre ère, elle envahit tout le bassin méditerranéen, dont la Tunisie où ce sont les Phéniciens, fondateurs de Carthage qui ramenèrent le fruit dans leurs bagages… (Au Musée du Bardo, à Tunis, plusieurs mosaïques chantent les louanges de l’olivier au temps des Romains).

Mille ans encore plus tard, vers -600, elle traverse la Méditerranée pour atterrir en Gaule… Très prisée par les Romains, et cultivée partout dans son empire, l’Empire romain s’attachera à développer partout des plantations et des moulins, ultramodernes pour cette époque.

Après une traversée du désert causée par les invasions barbares et arabes, l’olive reviendra en force à l’époque des croisades, grâce au commerce vénitien.

La Tunisie recense plus de 1,8 millions d’hectares oléicoles où sont plantés plus de 82 millions d’oliviers (chiffres 2018). Cette superficie représente plus de 30% de la terre cultivable tunisienne.

Le secteur oléicole emploie plus d’un million de travailleurs et génère 34 millions de jours de travail par an. En 2019/2020, la Tunisie a connu une année record de production, avec un chiffre de 350 000 tonnes.

Sa cueillette demande délicatesse

Sa taille minuscule n’est pas là pour simplifier les choses ! Et il en faut des centaines de kilos pour fabriquer quelques litres d’huile d’olive… Les anciens grecs cueillaient les olives à la main, mais en Orient, les femmes les gaulaient, ce qui les abîmait… En Provence, au XVIIIème siècle, on comprit que le gaulage n’était plus possible et on reprit le cueillage à la main en installant des draps autour de l’arbre et en utilisant des doigtiers qui permettaient de racler les olives sur les rameaux avant de séparer feuilles et fruits.

Maintenant, on peut utiliser, depuis les années 50, des machines à vibrer qui font tomber les olives dans des filets tendus sous la ramure. Uniquement pour les olives vertes, moins attachées à leurs rameaux du fait de leur jeunesse…

Les olives, c’est bon pour la santé

Avec 50% d’eau, 22% d’huile et 19% de sucres, les olives contiennent des minéraux, des vitamines (A, D et F), des sucres (fructose et glucose) ainsi que des protéines. A noter que les vitamines C, B1 et E sont également présentes dans la pulpe de l’olive.

N’oublions pas aussi que l’olive verte est riche en potassium tandis que l’olive noire affiche une quantité de sels minéraux (phosphore, calcium, potassium, fer, cuivre, manganèse). Son faible apport calorifique lui permet d’être considérée comme un vecteur de réduction du taux de cholestérol.

Les Tunisiens savent très bien que boire une cuillère à café d’huile d’olive chaque matin permet de lutter contre les risques de maladies cardiovasculaires.

Sources chiffres de l'article : Tunisian-OliveOil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article