- 0126BE9D32D978046D0488244F622925 " />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Erich ALAUZEN

Jean d'Ormesson nous a quittés aujourd'hui... Il avait 92 ans ! Un regard et une voix s'en vont...

Un très grand monsieur s'en va... Jean d'Ormesson vient de nous quitter à l'âge de 92 ans... Un regard, une voix... Paix à son âme !

Jean d'Ormesson est le fils cadet d'André d'Ormesson, ambassadeur de France et ami de Léon Blum, le neveu du diplomate Wladimir d'Ormesson et le cousin germain du député Olivier d'Ormesson.

Sa mère, Marie Henriette Isabelle Anisson du Perron, issue d'une famille monarchiste catholique proche de l'Action française, descend d'Étienne-Alexandre-Jacques Anisson-Dupéron (1749-1794), directeur de l'Imprimerie royale en 1783, privé de cet emploi à la Révolution et guillotiné.

Parmi ses ancêtres se trouvent le conventionnel Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau ainsi que le juge Olivier Lefèvre d'Ormesson, disgracié à la suite du procès de Nicolas Fouquet.

A l'origine, ses ancêtres s'appelaient Le Fèvre et étaient laboureurs. C'est son ancêtre Jean Le Fèvre qui au début du XVI° siècle amorce l'ascension sociale en devenant commis au greffe du Parlement de Paris. Son fils, Olivier Le Fèvre (1525-1600), devient président de la Chambre des comptes de Paris et acquiert les seigneuries d'Eaubonne et d'Ormesson et est anobli en 1553. La famille s'établit en 1758 à Amboile, dans la vallée de la Marne, terre dont elle obtient l'érection en marquisat, le village étant renommé de ce fait Ormesson-sur-Marne4.

Il passe son enfance au château de Saint-Fargeau, qui appartient à sa mère, épisode de sa vie qu'il évoque dans Au plaisir de Dieu. Pendant sa jeunesse, la famille suit les missions du père en Bavière (de 1925 à 1933), en Roumanie et au Brésil, à Rio de Janeiro. Il est élevé par sa mère et par des nourrices jusqu'à l'âge de 14 ans. Après avoir suivi toute sa scolarité les cours par correspondance du Cours Hattemer6 (entre 1941 et 1942, sa famille se déplace néanmoins sur la Côte d'Azur et il est élève au lycée Masséna de Nice), il obtient son baccalauréat en 1943, après un premier échec. Il entre en hypokhâgne au lycée Henri-IV, puis intègre à 19 ans l'École normale supérieure. Licencié ès lettres et en histoire, il tente ensuite, contre l'avis de son professeur, Louis Althusser, l'agrégation de philosophie, qu'il obtient en 1949 à la troisième présentation, il se classe 12e parmi les 21 candidats reçus. Après son service militaire, il donne quelques cours de grec classique et de philosophie au lycée public Jacques-Decour, puis entame une carrière de journaliste à Paris Match où il écrit quelques articles people, et aux quotidiens Ouest-France, Nice-Matin et Progrès de Lyon. Il vit alors dans l'appartement de ses parents rue du Bac, jusqu’à son mariage tardif à l’âge de 37 ans.

Le 2 avril 1962, il épouse à Paris dans le 16e, Françoise Béghin, née dans cet arrondissement le 26 juin 1938, fille benjamine de Ferdinand Béghin, magnat de la presse (et administrateur du Figaro à partir de 1950) et du sucre (PDG de la société Béghin-Say), de nationalité suisse, et également cousine (par sa tante paternelle) du cinéaste Louis Malle.

Leur fille Héloïse naît le 10 octobre 1962. Elle est éditrice et éponyme de sa maison d'édition. Avec son premier mari Manuel Carcassonne, elle a une fille, Marie-Sarah.

Il possède également la nationalité libanaise

Il meurt le dans la nuit du 4 au 5 décembre 2017 à Neuilly-sur-Seine, âgé de 92 ans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article