- 0126BE9D32D978046D0488244F622925 " />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Erich ALAUZEN

Mireille Darc, je sais maintenant pourquoi je vous aimais sans savoir pourquoi !
Je viens de regarder la rediffusion de France 3Marc Fogiel avait couché dans son Divan, Mireille Darc... Belle découverte de cette femme que j'aimais sans trop savoir pourquoi... Que de pudeur et d'élégance, que d'humanité et d'humilité...
 
Un parcours de vie incroyable après une enfance pas forcément heureuse où elle découvrait, fort curieusement très longtemps après la mort de ses parents, que son père n'était pas son père... et elle comprenait pourquoi, un jour, alors qu'elle n'avait que sept ans, il avait voulu mettre en scène son suicide en sa compagnie...
 
Une vie difficile avec de lourds problèmes de santé dûes à des angines mal soignées durant son enfance... Des opérations à coeur ouvert, des souffrances...
 
Une vie magnifique où elle entra à jamais dans la vie d'Alain Delon et dans l'intimité des grands du cinéma de l'époque dont Michel Audiard et beaucoup d'autres...
 
Une vie de blondasse (c'est le mot qu'elle a utilisé pour elle-même) où sa belle anatomie, largement dévoilée dans ses films, choquait les âmes bien pensantes de l'époque...
 
Un élan mystique lors d'une rencontre avec une medium, journaliste à la Télévision...
 
Une vie créative lorsqu'elle nous livrait de superbes documentaires une fois que sa carrière cinématographique et théâtrale était terminée... Son superbe documentaire sur la prostitution (1993) m'avait marqué tellement son regard était plein d'empathie et d'humanité...
 
Une fin de vie magnifique où dans sa maison, elle disait adieu à cette vie, entourée de son mari aimant et aimé, Pascal Desprez, et son amour/ami de toujours, Alain Delon... C'est ce qu'elle avait souhaité en 2009 :  "J'ai dit à mon entou­rage : 'Je veux mourir à la maison. Et, s'il vous plaît, venez me veiller, me racon­ter des histoires".
 
Alain Delon vient de livrer un extrait d'une lettre d'amour que Mireille Darc lui avait envoyée...
 
« Mon amour il est 3 heures du matin et je n’ar­rive pas à dormir. Je pense à toi qui a telle­ment de mal à vivre. J’ai l’im­pres­sion que partout où tu es, tu te sens mal. Je voudrais te donner un peu de ma philo­so­phie. Tu sais, on n’est rien.  Si tu penses à ce que tu repré­sentes dans l’im­men­sité, peut-être alors vivras-tu un peu plus pour toi. (…) Je t’ai donné, donné tout et j’ai simple­ment besoin d’un peu de calme, de tendresse et d’un sourire le matin parce que la vie est là et qu’il faut remer­cier le ciel d’être l’un en face de l’autre. »
 
Au revoir, Madame Darc ! Ne vous inquiétez pas, vous restez toujours avec nous, dans nos coeurs...

Commenter cet article