- 0126BE9D32D978046D0488244F622925 " />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Erich ALAUZEN

Paul Verhoeven, Isabelle Huppert et Saïd Ben Saïd lors de la 42eme Cérémonie des #César2017

Paul Verhoeven, Isabelle Huppert et Saïd Ben Saïd lors de la 42eme Cérémonie des #César2017

Article lu sur Huffington Post (source)

A la tête de SBS Productions, Saïd Ben Saïd, un tuniso-français de 50 ans, s'est distingué à la cérémonie des Césars en remportant deux statuettes, vendredi 24 février: le César du meilleur film et celui de la meilleure actrice attribué à Isabelle Huppert.

Présent dans la compétition avec "Elle" de Paul Verhoevene et "Aquarius" de Kleber Mendonça Filho, le producteur tunisien a aussi produit plusieurs films à succès comme Passion de Brian De Palma, Carnage de Roman Polanski, Maps to the Stars de David Cronenberg, etc.

Né à Tunis en 1966, d’un père ingénieur et d’une mère au foyer, il débarque à Paris en 1984 où il entame ses études d'ingénieur. Une spécialité totalement éloignée du cinéma mais qui ne l'a pas détourné de sa passion. Épris de cinéma depuis son plus jeune âge, son adulation pour les films a commencé via la télévision et les cassettes que lui envoyaient des amis de ses parents "qui enregistraient les vieux films programmés sur FR3".

À Paris, il suit le soir les cours de Jean Douchet à la Cinémathèque française, se passionne pour les Cahiers du cinéma et tisse des liens avec le monde du cinéma. Il rate le concours d'admission de la Fémis (école nationale supérieure des métiers de l’image et du son) mais réussit son entrée dans le département des acquisitions de M6, puis à l'Union générale cinématographique (UGC) qui est le 2ème plus important groupe d'exploitation cinématographique en France et l'un des plus importants en Europe.

En 2010, il fonde sa société SBS Productions. Un itinéraire qui lui a permis de cerner les rouages du secteur de la production cinématographique en France: "Ayant d’abord été vendeur international, j’ai vite pu voir ce qui était bien dans notre manière de fonctionner et ce qui était folklorique", a-t-il affirmé au journal Le Monde.

Commenter cet article